Création ou reprise ?

Vous souhaitez vous lancer dans l’entrepreneuriat mais une question se pose : faut-il créer sa propre entreprise ou en reprendre une ? Et pourquoi envisager la reprise d’une entreprise ?
La Sofidep vous indique les pour et les contre.

Reprise d’une entreprise, une action souvent moins risquée...

1. La page n’est pas vierge. Ainsi, on “hérite” : de l’activité, des clients, de la notoriété de l’entreprise…
Contrairement aux créateurs, le repreneur est déjà entouré des collaborateurs en place et peut dès lors se concentrer sur ses tâches de chef d’entreprise (management des équipes, développement de l’activité, etc.)

2. Une pérennité supérieure à terme. Le taux de pérennité des entreprises reprises est meilleur que celui de celles qui sont créées, il est donc plus sûr de les reprendre.

3. Plus coûteux, mais plus facile à financer. Pour des entreprises de tailles égales, une reprise coûte plus cher qu’une création. L’apport personnel à prévoir peut donc être plus important.
En contrepartie, les banques financent plus volontiers une reprise, composée d’éléments tangibles (trois derniers bilans et comptes de résultat), surtout si ces éléments financiers sont complétés par un ou plusieurs audits réalisés par des conseils experts.

4. Le repreneur bénéficie immédiatement d’un revenu. En création, il faut parfois attendre plusieurs mois avant de pouvoir se rémunérer. La reprise permet de le faire plus rapidement, voire immédiatement.

…qui comporte, néanmoins, son lot de difficultés.

5. Trouver l’entreprise idéale peut prendre un certain temps. Les belles affaires ne sont pas très faciles à "dénicher", en particulier pour les bonnes PME/PMI, où la concurrence entre repreneur fait rage. Dans cette quête de la réussite, des défis de taille vous attendront.

6. Continuer avec les mêmes salariés, qu’il faudra fédérer autour d’un nouveau projet, de nouvelles méthodes de management, d’une nouvelle culture d’entreprise…etc
Les difficultés de relations humaines sont bien plus lourdes qu’en création d’entreprise. En effet, les contrats de travail des salariés se poursuivant, ils doivent s’adapter au changement (direction, stratégie...) et la transition peut parfois être compliquée.

7. Interagir avec des clients qui ont des habitudes avec l’ancien dirigeant... surtout en B to B !
La réussite de la transaction dépend de la relation établie avec le cédant et de la bonne volonté de ce dernier... qui n’est pas toujours prêt à passer réellement à l’acte.

8. S’approprier un passé pour créer un avenir.

9. Parvenir à faire évoluer ce qui doit changer... et tout cela sans avoir le temps de "se roder" comme c’est le cas dans un projet de création. Reprendre une entreprise nécessite d’être professionnel et opérationnel dès son entrée en fonction.

Création d’une entreprise, une démarche avantageuse...

1. Un investissement moins important. Créer une entreprise permet de se lancer dans un projet en apportant une somme moins élevée au départ. Il sera donc plus de facile de boucler le financement d’un projet de création que celui d’un projet de reprise.

2. Partir sur de nouvelles fondations. Permet de construire l’entreprise comme on l’entend, il n’y pas de contrainte d’adaptation à l’organisation déjà en place. De plus, en fonction du poids qu’il représentait dans l’activité de l’entreprise, le départ de l’ancien dirigeant peut impacter l’activité future. Ce paramètre n’existe pas dans le cas d’une création, on ne risque pas de subir une dégradation de situation car on part de zéro.

3. Une approche qui favorise l’apprentissage. En effet, créer sa propre entreprise permet d’apprendre plus facilement son métier et de commencer progressivement. C’est notamment idéal lorsqu’il s’agit d’une activité dans laquelle un futur entrepreneur n’a que peu, voire aucune expérience. Reprendre une entreprise existante nécessite d’être immédiatement opérationnel. Contrairement au créateur, le repreneur peut rencontrer plusieurs obstacles à gérer qui sont liés à la structure en place : problèmes avec le personnel en place, existence de contrats mal négociés, litiges en cours…

4. D’innombrables possibilités. Enfin, on peut créer une activité dans quasiment tous les secteurs et à tout moment. Par contre, un projet de reprise implique de trouver une cible intéressante, ce qui peut prendre beaucoup de temps.

… mais risquée.

5. Prendre conscience de ses limites. C’est avec le temps que l’on acquiert de l’expérience, des compétences, du recul. Nos limites dépendent de nombreux facteurs tels que la culture et l’expérience du secteur. Une bonne façon de limiter les risques liés à nos limites est d’immatriculer sa société le plus tard possible. Rien n’empêche par exemple de chercher des clients avant de créer une entreprise.

6. Produire une offre adaptée au marché. Créer son entreprise et avoir un produit “remarquable” ne suffisent pas pour obtenir des clients. Afin d’éviter le décalage entre perception et réalité du marché, il est bon d’entreprendre des tests. Dans cette optique, des études qualitatives et des études quantitatives sont une mine d’informations.

7. Disposer d’une capacité de financement. L’absence ou la faiblesse de moyens sont d’importants freins pour l’entreprise. Sans budget adéquat, comment faire connaître l’entreprise ? Comment vendre ?

8. L’entourage est important, les clients le sont encore plus. On conseille souvent aux créateurs de « s’entourer ». Encore faut-il savoir comment ! Il ne faut pas oublier que le principal juge est le client. L’avis des proches doit se limiter au consultatif. Les données factuelles obtenues à partir des études réalisées sur le terrain restent les seules réellement fiables.

9. Anticiper les risques. Attention, un succès inattendu peut entraîner l’échec si l’entreprise n’a pas les moyens de soutenir le développement de la clientèle. Il ne faut pas hésiter à voir loin, et prévoir les deux cas de figure, le succès comme l’échec. Il faut se poser les bonnes questions : que serait le succès pour votre entreprise ? Comment seriez-vous en mesure de l’accompagner ? Qu’est-ce qui identifierait l’échec ? Quelle serait la stratégie à suivre en cas d’échec ?

CONCLUSION : Créer ou reprendre une entreprise ?

Au final, votre décision dépendra de votre profil. Généralement, il en existe deux :
● Le rachat d’une entreprise est privilégié lorsque l’on dispose de moyens financiers, d’une solide expérience sur le métier visé et de compétences en management.
● Lorsque l’on dispose de peu d’expérience ou que l’on souhaite se lancer dans une activité nouvelle, la création d’une entreprise est souvent préférable au rachat.

Sources :
- https://www.afecreation.fr/pid15130/pourquoi-envisager-la-reprise-d-une-entreprise.html
-  http://www.dynamique-mag.com/article/dangers-lies-creation-entreprise.2106
-  https://lentreprise.lexpress.fr/creation-entreprise/etapes-creation/infographie-creer-ou-reprendre-une-entreprise_1652759.html

Newsletter

Pour recevoir notre actualité par email...