7 erreurs de management à éviter !

Encadrer une équipe nécessite de l’expérience et du charisme pour mieux manager et éviter les erreurs. Un bon manager créé une atmosphère productive et saine ; il est donc primordial d’assumer pleinement ses responsabilités et d’éviter certaines erreurs de management, bien qu’aucun manager ne soit irréprochable.

Voici quelques erreurs à ne pas commettre :

  • Consulter son équipe sans tenir compte de son avis

Consulter son équipe à chaque étape d’un projet ou à chaque prise de décision importante est une bonne chose, à condition que l’avis de l’équipe ait un réel impact sur la décision finale. Ignorer l’avis des collaborateurs risque d’instaurer un climat de méfiance et de concurrence dans l’équipe, ainsi que de détériorer la confiance que pourrait avoir les subordonnées envers le manager.

  • Ne pas donner de feedbacks

« OK », « Bien reçu », « Vu ». Mots essentiels, mais trop brefs. Il est important pour le supérieur hiérarchique de prendre le temps d’expliquer au salarié ce qui cloche ou pas dans son travail. Le silence et le manque d’explication sont lourds à interpréter et peuvent être déstabilisants pour le collaborateur. En prenant ces quelques minutes pour expliquer, l’employé peut savoir ainsi quelle direction prendre et s’améliorer les prochaines fois.

  • Manquer de reconnaissance

Reconnaître quand un collaborateur fait bien son travail est essentiel. Un simple « merci » ou petit compliment après chaque tâche accomplie fait toute la différence, peu importe le résultat. Cette reconnaissance quotidienne instaure une réassurance, une envie de se dépasser pour le salarié, et d’être plus productif vis-à-vis de son supérieur.

  • Désintérêt pour la vie privée de ses collaborateurs

Montrer de l’intérêt pour la vie privée de ses collaborateurs, tout en restant cordial, est important. Comme par exemple demander si le week-end ou les congés se sont bien passés. Un manager doit rester humain et montrer de l’empathie envers ses collaborateurs. Cela instaure une ambiance plus sereine et saine au sein du groupe.

  • Assurer l’intérim d’un collaborateur absent

Reprendre les tâches d’un collaborateur absent semble partir d’une bonne intention. Et pourtant ! Cela remplit d’autant plus l’agenda du chef. Qui s’occupe de l’équipe en attendant ? Un manager doit admettre qu’il ne peut pas assumer ses tâches en complément de celles de son collaborateur absent et doit apprendre à déléguer. Responsabiliser un individu, une partie ou toute l’équipe pour prendre temporairement le relai est non seulement plus réaliste, mais aussi plus motivant avec un profit durable (polyvalence, meilleure compréhension des différents postes, meilleure cohésion d’équipe, etc.).

  • Ne pas oser recadrer un collaborateur

Donner des feedbacks, oui. Reconnaître quand un salarié fait du bon boulot, oui. Mais quand celui-ci ne rencontre pas les résultats escomptés et porte préjudice, faire preuve d’autorité et pointer les erreurs commises permettront à celui-ci de ne pas reproduire ces fautes dans le futur. Le but n’est pas de sanctionner inutilement à chaque occasion, mais que la sanction permette de garder une bonne cohésion et pertinence dans les équipes et dans leur travail.

  • Ne pas écouter les critiques de son équipe

Les managers ne sont pas toujours irréprochables. Il faut être ouvert à la critique et savoir reconnaître ses torts quand les critiques sont justifiées. Cela montre que l’on est accessible et présent. Ne pas écouter ses collaborateurs pourrait instaurer de l’incompréhension, une méfiance générale dans l’équipe et à de l’isolement pour le manager.

Newsletter

Pour recevoir notre actualité par email...